Crédit immobilier : le taux d'usure au coeur des débats

1

 Saviez-vous que le crédit immobilier en France est toujours en croissance ?

Malgré des refus de prêts immobiliers de 40 à 50%, en raison du taux d’usure, le crédit immobilier est toujours en croissance de plus de 6%. C’est ce qu’affirme le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. Selon lui, il n’y aurait aucun fondement face aux nombreux refus de crédits immobiliers.

Le taux d’usure ou plus précisément le TAEG (taux annuel effectif global) est le maximum légal, auxquels les établissements de crédit sont autorisés à proposer des prêts, sont en augmentation. À partir du 1er juillet 2022, les taux d’usure se sont élevés à 2,60% pour les prêts à taux fixe d’une durée de 10 à 20 ans. Malgré une revalorisation à compter du 1er octobre du taux d’usure, les courtiers se montrent pessimistes face à une compensation de la hausse du taux d’intérêt. Cela ne ne suffira pas. 

La Banque Centrale Européenne (BCE) avait déjà effectué une augmentation de 50 points en juillet dernier mais ce dernier à décidé de relever ses trois taux directeurs de 75 points de base en raison de l’inflation. L’augmentation des trois taux directeurs va engendrer une hausse du taux des crédits puisque les banques auront plus de difficultés à trouver des fonds à un tarif acceptable sur les marchés financiers. Comme toujours cela aura un impact direct sur les demandes de crédits immobiliers des ménages français.

Pour les jeunes ménages français, la réalisation d’un premier achat immobilier semble utopique.

Des manifestations sont attendues par l’ensemble des professionnels du crédit, notamment devant le siège de la Banque de France après les propos du gouverneur.

Qu’en pensez-vous ? 

N’hésitez pas à nous suivre pour connaître l’actualité de notre activité et les dernières nouveautés, acquisitions du groupe GN2I. 

GN2I s’engage à vous faire une proposition sous 48H !

 

Défiler vers le haut